Jeu-Critique : Need for Speed Most Wanted

NSFMW

Habitué de la série des Need For Speed (NFS pour les intimes), je n’ai pas manqué de tester ce dernier opus.

Édité par Electronic Arts et développé par Criterion Studios (à qui on doit Burnout Paradise), on ne peut nier que les développeurs n’ont pas changé leurs habitudes.

On y retrouve pas mal de similitudes dans le gameplay, les décors, les missions… Le jeux aurait presque pu s’appeler Burnout Paradise 2.

Comment je peux dire cela ? Après des heures de jeu sur Burnout (acheté dès sa sortie), j’ai parcouru la ville de long en large, terminé toutes les missions et les DLC. Donc je le connais relativement bien, tellement que certaines parties de la carte de NFSMW m’ont fortement rappelé l’environnement de Burnout Paradise.

Par rapport aux versions précédentes, il n’est plus nécessaire de gagner les voitures pour en profiter, il suffit de les trouver. Elles sont éparpillées un peu partout dans la ville de Fairhaven, la première course se fait en Porsche. Idem pour les réparations ou les upgrades, rien ne se paie, la réparation est instantanée et peut même être faite pendant une course sans perte de vitesse.

Les upgrades sont gagnées en effectuant les courses proposée avec un évolution selon une condition liée à l’upgrade (châssis léger demande de rester en l’air un certains temps, pneu slic demande une distance en drift…), l’évolution permet de combler une des lacunes de celle-ci.

Chaque véhicule a 5 courses à gagner pour obtenir toutes les upgrades et l’argent nécessaire (SP pour Speed Points) pour défier un Most Wanted du classement. Les véhicules sont au nombre de 123.

Voici les 5 types de courses possibles : (source EA) :

  • Les circuits – Une course standard à travers les différents points de passage entre différentes voitures plus ou moins similaires, pour un nombre de tours pouvant varier, tout en évitant la police.

  • Sprints – Une course allant d’un point A à un point B, d’une zone de la carte à une autre à travers différents points de passage, entre différentes voitures plus ou moins similaires, tout en évitant la police.

  • Speed Runs – Terminer la route de A à B le plus rapidement possible.

  • Ambush – Échapper à la police aussi vite que vous le pouvez ! L’épreuve débute sur une plateforme surélevée ou dans un bâtiment. Le plus vite vous parvenez à vous échapper le plus de SP vous recevrez.

  • Most Wanted Races – Une course 1 contre 1 contre une des voitures Most Wanted jusqu’à un point spécifique de la carte. La police vous poursuit en force et fera son possible pour vous empêcher d’arriver à destination.

Selon le véhicule, les épreuves se passeront majoritairement sur route, sur terre ou dans un mix des deux.

Le coté négatif c’est que les voitures de même catégorie auront les mêmes courses à faire. Ce qui réduit pas mal le plaisir. Et les événement dans chaque course sont quasi réglés à la seconde près, donc vite ennuyeux.

A cela s’ajoute des défis (trouver tous les radars, panneaux, raccourcis…) et les bonnes vieilles courses poursuite avec la police.

Cette dernière semble être, pour cet opus, fournie avec un cerveau. Les barrages sont bien organisés, aussi bien dans le sens normal que le contraire selon votre conduite. On y retrouve les herses (vive les pneus auto-regonflant !! ); Au fur et à mesure de la montée des niveau d’alertes, les voitures de polices sont plus rapides, plus solides et les barrages renforcés.

Personnellement j’ai été coincé avec un petite Subaru en niveau 4, limite 5 (sur 6) après quasi une heure de bataille en voulant changer de voiture… C’est vraiment ma partie préférée, pas de limites ni de contrainte, il faut juste connaitre un minimum la carte pour passer par des endroits louches afin de se libérer. A noter que les zones pour se cacher n’existent plus, ni les destructions qui permettaient de bloquer la police.

L‘IA générale est assez décevante, les concurrents vous attendent quand ils sont devant et collent au pare-choc quand ils sont derrière… J’ai quand même battu une McLaren avec ma petite Subaru… Les concurrents sont quasi montés sur rails, autant la police va vous pourrir, autant les concurrents, une fois la course faite 2-3 fois sont facile à doubler vu que le trajet est quasi identique à chaque fois.

Coté conduite, oubliez le volant et même le clavier, sortez une manette Xbox ou équivalent pour jouer. Le contrôle est totalement typé arcade, très permissif et peu précis. Pour les amateurs du genre, on n’est très loin de NFS Porsche ou d’un Gran Turismo.

Un autre de mes plaisirs de ce jeux : la musique, des morceaux récents, originaux ou remixés en majorité bien correspondant à l’ambiance du jeux, parcourir la ville à fond avec Icona Pop « I love It » est vraiment sympa.

L’interface est une horreur, surtout le système Easydrive qui ne sert qu’à vous gâcher le jeu avec ses messages inutiles, ses icônes orange fluo et ses menus aux milieu de votre vue. En plus le concept d’utiliser la croix directionnelle pour ce menu empêche simplement de conduire en même temps… Perso j’ai désactivé le compte en ligne pour éviter le blabla inutile et jouer en paix. Le reste de l’interface va dans le même sens, rétroviseur uniquement en mode capot ou avant, afficheurs de tous les cotés, je passe mon temps à chercher ma position dans la course… Même ma voiture IRL est mieux organisée… Comble de tout cela, l’Easydrive rend le joueur fainéant, on peut aller directement chercher une voiture ou démarrer une courses sans bouger…

Autre point négatif, l’écran de chargement inutile à chaque démarrage ou redémarrage de course. Pourquoi inutile? Parce que ni le disque ni le CPU ne bougent pendant cette période.

Après environ 10h de jeux, c’est fini, alors prenez votre temps.

Ce Need for Speed : Most Wanted est un opus arcade comme beaucoup de jeux du genre en ce moment, mais avec une assez grande liberté et la possibilité de commencer avec des monstres sans attendre des heures. Musiques, sons, images, c’est très bien, mais l’IA débile, une vague copie de Burnout, le manque de courses et l’interface bas de gamme font baisser la note.

Ma note : 14/20

Laisser un commentaire